Same

5 astuces pour développer une meilleure relation avec soi-même et ce qu'on mange

5 astuces pour développer une meilleure relation avec soi-même et ce qu'on mange

 

1- Reconnaître que notre corps travaille pour nous

Notre corps est notre allié, puisqu’il n’a qu’un simple but : nous garder en vie. Malheureusement, on a tranquillement appris à l’oublier ou le négliger, voire à le détester! On souhaite le modifier ou le contrôler : en lui disant quand et quoi manger, en lui mettant des vêtements serrés ou en lui imposant un idéal de minceur et des tentatives de perte de poids… Et lorsque notre corps n’y arrive pas, on se fâche contre lui. Mais il faut se rappeler d’une chose : notre corps travaille pour nous. Il nous indique lorsqu’on a faim, lorsqu’on est plein, lorsqu’il est fatigué ou lorsqu’il a de l’énergie à dépenser. Notre corps est une véritable merveille. 

 

2- Ne pas voir ses aliments comme des nutriments

Il est souvent bien tentant de voir les aliments que l’on consomme comme une simple source de nutriments. Mais la nourriture est aussi tellement plus ! Elle peut être une source de plaisir, tout comme elle peut être une source de réconfort (après une journée difficile et pluvieuse, quoi de mieux qu’un bon repas chaud réconfortant). La nourriture peut aussi être une source de beaux moments avec nos proches. Après tout, ne dit-on pas que les meilleurs repas sont ceux que l’on passe en bonne compagnie? En modifiant notre façon de voir nos aliments, au-delà des calories, on change aussi tranquillement notre relation avec l’alimentation.


3- Pratiquer le laisser-aller (oui, oui)

Manger n’est pas un concours de contrôle et à force d’essayer de tout contrôler, on peut finir par s’épuiser. Malgré tout, le laisser-aller peut être très difficile pour certaines personnes, particulièrement pour celles qui ont tenté pendant très longtemps de tout contrôler. Il faut donc être bienveillant envers soi-même et y aller un pas à la fois. Par exemple, ce soir, on pourrait décider de se permettre de manger le dessert qu’on se refuse depuis si longtemps. Juste pour voir. Juste pour observer ce que notre corps nous indique. En y allant un pas à la fois, la peur de perdre le contrôle peut disparaître pas à pas.


4- Trouver des stratégies adaptées à sa situation

Plusieurs personnes peuvent avoir une relation difficile avec la nourriture pour une panoplie de raisons. Mais à la base de cette relation trouble, on retrouve fréquemment une préoccupation à l’égard de sa santé. Il peut donc être pertinent de trouver des solutions adaptées à nous-même afin de favoriser notre bien-être physique et émotionnel. Par exemple, si l’on évite une multitude d’aliments par peur d’avoir des inconforts digestifs, il peut être intéressant de trouver une alternative pour combler nos besoins en nutriments, ainsi que des stratégies pour remplacer ou réintégrer les aliments dont on a très envie. L’important, c’est de s’écouter et de s’adapter.


5- Aller chercher de l’aide lorsqu’on en ressent le besoin

Malgré tout, il arrive qu’on ait besoin d’un petit coup de pouce. Reconnaître que l’on a besoin d’aide est un excellent pas vers une meilleure relation avec soi-même et ce que l’on mange. Que ce soit de la part d’un(e) professionnel(le) ou d’un(e) ami(e) prêt à nous écouter, il n’y a aucune honte à demander un peu de soutien. 


Cet article a été rédigé pour Same par les nutritionnistes-diététistes d’ÉquipeNutrition. Leur équipe offre des services de consultations nutritionnelles en ligne ou dans plusieurs bureaux à travers le Québec et le Canada. Pour plus de soutien dans votre réconciliation avec la nourriture, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec une nutritionniste-diététiste !

Laisser un commentaire: